mercredi 24 juin 2015

Raoul DUBOIS, Maire de Turny dans l'Yonne de 1945 à 1983

# challenge AZ...lettre R

Raoul DUBOIS était un contemporain de mon grand-père Marcel BOURGOIN, né la même année 1905 et un ami. L’un et l’autre furent Maires  de leurs communes respectives et voisines. Turny et Chailley dans l’Yonne. Je souhaite évoquer cette personnalité locale qui a eu un parcours original et intéressant, au service de la collectivité.



Raoul DUBOIS, Maire de Turny-89

Né à Turny dans l’Yonne en 1905

Raoul Bernard DUBOIS est né le 18 octobre 1905 au hameau de l’Hôpital, commune de Turny 89570.


Acte de naissance de Raoul DUBOIS 1905


Son père est Léopold Eugène DUBOIS, né le 23 décembre 1868 à Turny de Florentin DUBOIS, jardinier dans la même commune et de Henriette Elise BOURBON, âgée de 26 ans à sa naissance.




Acte de naissance de Léopold DUBOIS 1868



Acte de mariage des parents de Raoul DUBOIS à Turny


Raoul DUBOIS suit sa scolarité à l’école primaire de Turny et obtient son Certificat d’études primaires. Il effectue son service militaire au 89ème Régiment d’Infanterie. A son retour il exploite comme agriculteur sa ferme de 40 hectares dans son hameau de naissance.  Il se marie le 6 avril 1929 à Bouilly (Yonne) avec Yvonne Marthe DELETTRE. Son mariage est dissous le  01 juin 1961. Il se marie en deuxième noces le 21 décembre 1963 à Turny avec Geneviève Edeline Marie GIBASSIER à Turny. Raoul DUBOIS est inscrit comme Libre-penseur ce qui ne l’empêche de se marier en première noces à l’église. Pendant la seconde guerre mondiale, il est mobilisé au 289ème régiment d’infanterie. Je n'ai pas d'information sur la date de son retour des combats.

Résistant dans le maquis de Libération-Nord

Connu avant 1939 comme sympathisant communiste, Raoul DUBOIS intègre sous l’occupation le Maquis de résistance de Libération-Nord. Il est cité dans la liste des membres de la Libération-Nord diffusée par le musée de la Résistance. Il est considéré comme un résistant actif. Il a participé à des parachutages, des transports d’armes, fit des liaisons et hébergea des maquisards.

Président du Comité local de Libération de Turny en 1944

C’est à ce titre qu’il est Président du Comité local de Libération de Turny. Les Comités départementaux de la libération sont créés à l’initiative du Conseil National de la Résistance dans le cadre de l’ordonnance du 21 avril 1944 portant organisation des pouvoirs publics en France à la libération. L'article 19 concerne plus particulièrement les CDL, qui sont chargés, selon les statuts de 1944, des missions suivantes : " action immédiate dans la clandestinité, préparation de l'insurrection, préparation de l'action prochaine et publique dans le cadre du département ". Appuyés sur des comités locaux, ils assurent l'administration civile en attendant la libération du département et le rétablissement des institutions locales et départementales. Vice-président du syndicat agricole local,  il est membre de la Ligue des droits de l'homme. 

Maire de Turny de 1945 à 1983

Aux élections municipales de 1945, il est élu Maire de Turny, à la tête d’une liste « d’Union des Gauches » et est reconduit à ce poste en 1947. Ses mandats se dérouleront de 1945 à 1977, puis de 1979 à 1983.




Raoul DUBOIS en 1965

Conseiller Général du canton de Brienon en 1945

Il se présente aux élections cantonales comme candidat UDSR et au 2ème tour et il est élu Conseiller Général du canton de Brienon. L'Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR), est une formation politique française de la quatrième République, issue de la Résistance. Elle est fondée le 25 juin 1945 et dont les principales personnalités en ont été Eugène Claudius-Petit, François Mitterrand et René Pleven.

Candidat aux législatives en 1946 et 1951

Il est aussi candidat aux Législatives d’octobre 1945 et juin 1946 sur la liste SFIO en dernière position. La Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) est un parti politique socialiste français, qui a existé sous ce nom de 1905 à 1969. En octobre 1948, Raoul DUBOIS rejoint le RPF avec l’ambition selon une note de police « de se présenter au Conseil de la République » (Source Le Maîtron).  Le Rassemblement du peuple français (RPF) est  un mouvement politique fondé par le général de Gaulle le 14 avril 1947 pour mettre en œuvre son programme politique exposé dans le discours de Bayeux. Durant sa courte existence (1947-1955), le RPF fut l'un des deux principaux mouvements d'opposition à la IVe République (avec le PCF), voulant se situer au-delà du clivage droite/gauche. Le RPF fut le seul mouvement de l'histoire du gaullisme fondé et présidé par Charles de Gaulle et le seul mouvement à réunir tous les gaullistes. Mais la direction du mouvement lui préfère le Maire de Sens Gaston PERROT. 




Gaston PERROT Maire de Sens et Député de l'Yonne


En 1949, le préfet de l’Yonne indique dans une note sur Raoul DUBOIS « Assez populaire dans son canton, grâce à une faconde qui étonne et impressionne ses électeurs paysans. N’a aucune influence au sein du Conseil général où il constitue l’élément divertissant » (source le Maîtron) 

En 1951, Raoul DUBOIS  est candidat en dernière position sur la liste « indépendante » conduite par RENAITOUR, apparentée à la liste SFIO. Il est battu par un socialiste indépendant au renouvellement des élections cantonales d’octobre 1951. Jean-Michel TOURNAIRE, dit Jean-Michel RENAITOUR, né le 31 mars 1896 à Paris et mort le 12 décembre 1986 à Paris, est un homme de lettres, écrivain, et homme politique français


Elections cantonales de Seigneley Yonne en 1973

Député Indépendant de gauche puis de la Gauche indépendante de l'Yonne de 1928 à 1942, il est Maire d'Auxerre de 1929 à 1941. Franc-maçon, Membre de la loge parisienne « Francisco Ferrer » du Grand-Orient de France, il est Conseiller général du canton de Seignelay de 1926 à 1940 puis de 1955 à 1979. En 1965, il est élu conseiller municipal dans deux communes à la fois Seignelay et Sougères-sur-Sinotte.


Président de la société coopérative agricole la Brienonnaise 

Raoul DUBOIS est président du conseil d’administration de la société coopérative agricole « La Brieonnaise », dont le siège social est à Brienon dans l’Yonne en 1951. 

Chevalier des Palmes Académiques en 1966

En 1966, il est fait Chevalier des PalmesAcadémiques après avoir été Délégué départemental de l’Education Nationale. Président de la section cantonale des anciens combattants et victimes de guerre, Président du syndicat intercommunal d'adduction d'eau de 1945 à 1983, il est fait Chevalier du mérite agricole.

La commune de Turny-Chailley de 1974 à 1978

Un projet a uni les deux communes voisines de Turny et de Chailley conduites par deux Maires amis Raoul DUBOIS et Marcel BOURGOIN, mon grand-père. Le gouvernement français, dans une loi du 16 juillet 1971, pour favoriser le regroupement entre les 36 000 communes, décide verser des dotations de fonctionnement à celles qui décident de s'associer ou de fusionner. Ce sont 75 communes dans l'Yonne qui se lancent dans des projets d'association ou de fusion. Dès 1971, dotés d'un esprit visionnaire sur la nécessité des petites communes rurales d'associer leurs compétences (école, transport...), les 2 maires ainsi que celui de Venizy envisagent un regroupement sous forme de Syndicat à vocation multiples (Sivom) qui sera voté à l'unanimité en conseil municipal à Turny et à Chailley  le 15 mai 1971. Venizy décide rapidement de se retirer du projet, non sans avoir demandé expressément le principe de désigner Venizy comme Chef-lieu de la nouvelle commune.  Malgré le retrait de Venizy, le projet avance après de nombreuses tractations. Le 19 mars 1974, le secrétaire général de la Préfecture, en présence du Sénateur GUILLAUMOT,  se rend à Chailley pour présenter le projet finalisé :
- La commune prend le nom de Chailley-Turny
- Le Maire de la nouvelle entité est Marcel BOURGOIN et le Maire délégué Raoul DUBOIS. 
- Le conseil sera composé de 24 membres, 13 pour Chailley et 11 pour Turny. 
- L'association prendra effet le 15 avril 1974. 


Sénateur GUILLAUMOT

Marcel BOURGOIN, Maire de Chailley s'exprime ainsi selon le journal l'Yonne Républicaine :"cette réunion, je le souhaite, va concrétiser une évolution de nos deux communes, soeurs dans un sens, diverses mais complémentaires : Chailley grâce aux emplois et logements qui y sont crées et Turny par sa valeur immobilière vu sa proximité de Saint Florentin."

Marcel BOURGOIN, Maire de Chailley en 1980

Le sénateur félicite les deux communes pour ce "mariage de raison et d'amour" qui aura un grand avenir. Le journal, dans son article signé Jeannette Legras, termine en  notant la satisfaction de l'assemblée. 

A compter de mars 1977, compte tenu de la loi, le nombre des élus passe à 13 élus, répartis proportionnellement au nombre d'électeurs : 6 élus pour Chailley et 7 élus pour Chailley.  Après un début prometteur, les élus de l'opposition municipale de Turny s'organisent et contestent rapidement ce qu'ils prennent comme une hégémonie de la commune de Chailley sur Turny. Claude CHEREST, Yves PESCHEUX et Albert FOURREY, conseillers municipaux écrivent signent et diffusent aux habitants une lettre ronéotypée appelée "Echo de Turny" qui conteste l'action menée par le Maire en place.  Lors de l'élection municipale de mars 1977, trois listes s'affrontent durement. La confrontation entraine le ballotage puis à une courte majorité la perte du mandat de Maire délégué de Raoul DUBOIS pour être remplacé par un opposant au regroupement Maurice PASSERIEUX. C'est alors que l'opération de démantèlement de l'association Chailley-Turny débute. Suite à la décision du conseil municipal du 14 février 1978 sous la présidence de M. Passerieux, il est décidé d'engager un recours au Tribunal administratif pour demander la dissolution de l'association et le retour de Turny à son autonomie. L'arrêté préfectoral du 19 décembre 1978 prononce la séparation des 2 communes associées qui prendra effet le 1er janvier 1979. De nouvelles élections municipales ont lieu en février 1979 et Raoul DUBOIS retrouve son siège avec M. SANTANDREU, premier adjoint. Cette belle idée de coopération entre communes rurales aura duré moins de 5 ans. Elle est revient d'actualité de nos jours avec la création des communautés de communes.


Chevalier de l’ordre national du Mérite en 1980

Le 8 mars 1980,  Raoul DUBOIS est fait Chevalier de l’Ordre National du Mérite par le préfet DESGRANGE.  L’ordre national du Mérite est un ordre français qui a été institué le  par le général de Gaulle. Il récompense les mérites distingués, militaires (d'active et de réserve) ou civils, rendus à la nation française. 


Médaille de Chevalier de l'Ordre du Mérite

Lorsque lui fut remise la Croix de Chevalier de l'Ordre National du Mérite en 1980, Raoul DUBOIS fait  allusion à ses nombreux mandats électifs en ces termes : « Je pense avoir fait un peu de bien... »


En 1983, il quitte termine son mandat de maire exercé depuis 38 ans et rédige une lettre de remerciements à la population.


Remerciements à la population de Turny par Raoul DUBOIS en 1983


Il décède le 11 décembre 1986 à Turny à l’âge de 81 ans.


Raoul DUBOIS a été un personnalité marquante de la vie locale. Il est le Maire de l'Yonne qui a eu le plus long mandat jusqu'à présent. J'en ai beaucoup entendu parler par mon Grand-père avec lequel il était lié. Né dans une petite commune rurale de l'Yonne, où j'habite, il a eu une vie engagée au service des autres. Nul doute que son souvenir mérite d'être évoqué.




SOURCES
- Archives Nationales, Références : 4AG/69 ; F/1a/3228 et 3229 ; F/1/cII300 ; F/1cIV/155.
- Article de Gilles Morin sur Raoul DUBOIS, agriculteur, résistant, Maire de Turny pour le Maîtron.      (Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social)
- Etat-civil de Turny (archives numérisées de l'Yonne)
- L'Yonne Républicaine (archives départementales de l'Yonne)
- Archives familiales V. Battut











Aucun commentaire: