mardi 9 juin 2015

H comme Horteur, maquis de résistance en 1944 en forêt d'othe

#ChallengeAZ

H comme Horteur, H comme Hommage

En ces temps troublés, j'ai voulu rendre à ces hommes courageux du village des mes ancêtres qui se sont engagés dans la résistance contre l'occupation nazie. Certains ont payé leur implication de leur vie parfois ou bien ont été déportés. J'ai rassemblé des témoignages de cette époque. Certains feront l'objet d'un autre article dans ce blog car ils le méritent. Là j'ai simplement voulu évoquer et rendre hommage au maquis Horteur installé dans les bois du Fays, à proximité de mon lieu de vie. 


Le Fays en zone occupée

Le Maréchal Pétain forme un nouveau gouvernement et obtient les pleins pouvoirs le 10 juillet 1940. Le 22 juin 1940, la France signe l'armistice avec l’Allemagne. Les Allemands mettent en place toute une série de mesures pour limiter sur le territoire la circulation des personnes et des marchandises et le trafic postal entre deux grandes zones délimitées par la ligne de démarcation qui sépare la zone sud où s’exerce l’autorité du gouvernement de Vichy, de la zone occupée par les Allemands. L'Yonne, département rural, peu densément peuplé mais parcouru par d’importants axes de communications est en zone occupée.


Rencontre Pétain-Goering à la gare de Saint-Florentin en 1941

La Wehrmacht à Turny
 

Des soldats de la Wehrmacht s’installent dans le café du bourg de Turny et font flotter le drapeau nazi. Ce sera le cas dans les différents villages alentour. (souvenir : Famille de Patrick Moreau). Le Frontstalag 150, camp de prisonniers géré par les Allemands est créé à Saint-Florentin. Les gares des villes d’Auxerre, Sens, Joigny et 15 autres communes sont bombardées par les Allemands début juin 1940 causant de nombreux dégâts et morts.



Maquis de Libération-Nord

Après le choc de l'invasion et de l'occupation allemande qui entraîne des réquisitions massives de produits agricoles et du cheptel ainsi que des réquisitions de main d’œuvre, la résistance de l'Yonne s'organise difficilement. Le mouvement Libération-Nord se développe dans l’Yonne, de juin 1943 à septembre 1944. La forêt d’Othe et les villages aux alentours du Fays sont directement impliqués dans le conflit. Arrivé dans l'Yonne durant l'été 1943, Jean Chapelle dit "Verneuil ", devient responsable militaire de Libération-Nord. Il s'agit de créer un puissant maquis qui devienne une unité combattante, intégrée dans les plans stratégiques de la libération du territoire.


Résistance autour du Fays



Les maquis de l'Yonne en 1944

La région choisie est la partie centrale de la forêt d'Othe, autour de Chailley, à la limite des départements de l'Yonne et de l'Aube. Le 12 juin 1944, les maquisards s'installent provisoirement dans le bois des Fourneaux, près du hameau du Vaudevanne. Le nouveau maquis reçoit le nom
 de « Horteur » en hommage aux deux frères Horteur du maquis de Mont Saint Sulpice fusillés le 23 décembre 1943. Emile Laureillard, adjoint de
 "Verneuil ", prend le commandement du maquis. Le 22 septembre 1943, il est cantonné dans les bois du Fays en attente d’un parachutage destiné à ravitailler le maquis (témoignage Maurice Mulot). L'objectif du maquis Horteur est de créer une
" forte base de ravitaillement et d'armement ". Georges Mulot, patron de la laiterie de Chailley, organise le ravitaillement et son domicile sert de 
"boîte aux lettres ". Son fils Maurice est arrêté le 22 septembre 1943, sur dénonciation, pour avoir ravitaillé le maquis Horteur. Il est déporté et libéré par les Russes en 1945. Raoul Dubois, qui fut maire de Turny, fait partie des résistants du mouvement Libération-nord (Musée de la Résistance).

La répression allemande


La Wehrmacht mène une attaque d’importance contre les maquis de la forêt d’Othe le 20 juin 1944. Arces est investi par les Allemands le 22 juin 1944 qui trouvent des armes et arrêtent 7 personnes. Le 23 juin 1944, 17 jours après le débarquement des Alliés en Normandie, 3000 Allemands s'en prennent au groupe Horteur. L'avant-veille, le chef de la Gestapo de l'Yonne était arrivé inopinément au Vaudevanne pour y arrêter le Commandant Verneuil qui avait juste eu le temps de s'enfuir et gagner les bois. Par contre, plusieurs maquisards seront abattus ou torturés et 29 otages emmenés à la Gestapo à Auxerre. Une stèle a été installée au Vaudevanne en souvenir de ce massacre. 

Le maquis Horteur en forêt d’Othe

Le ravitaillement des maquisards s’effectue auprès de fermes attitrées et en particulier celle de la famille Mathieu à la Rue-chèvre. Le 23 juin 1944, sur la route du hameau de la Rue-chèvre à la Coudre, Marcel Mathieu, fermier, et son fils Maurice ainsi que Henri Bourgoin sont fusillés par les allemands pour avoir aidé un groupe de résistants. Une plaque est posée en leur mémoire. Le même jour, les allemands investissent Chailley, rassemblent les habitants et 29 otages devant un mur de la rue des fossés. Ils massacrent 4 chaillotins et 3 maquisards prisonniers de Saint-Mars-en-Othe. Le maquis Horteur est l'objet d'une attaque importante, dans le cadre d'un plan d'action de la Wehrmacht qui a pour objectif d'anéantir tous les maquis de la forêt d'Othe afin qu'ils ne puissent menacer les liaisons nécessaires avec le front de Normandie. (Joël Drogland, " le maquis Horteur ", in CD-ROM La Résistance dans l'Yonne, AERI, 2004).

La libération


Saint-Florentin et les villages alentours sont libérés le 23 août 1944 par les FFI avec l’appui de la 3ème  armée américaine venant de Normandie. Le 4 septembre 1944, le département de l’Yonne est entièrement libéré.


2 commentaires:

Martin Futter, écrivain, Angleterre a dit…

Il convient de noter que le capitaine Laureillard ne voyait pas la libération. Il a été capturé le 2 Août, torturé, et tué le 15 Août. Un mémorial se dresse sur la route entre les Rochers du Saussois et Châtel-Censoir.

P2P264 a dit…

BONJOUR

mon Grand pere Raymond tonnevy etait un des chefs de la resistance en foret d'othe militaire de carriere il est emprisonné en 1940 suite a la débacle!il s'evade par la suite prends le maquis et devient un des chefs du maquis region auxerrois il forme les jeunes refractaires au STO et les instruits au maniemant des armes explosifs et autres embuscades ainsi que l'elimination des traitres et collabos .......sa famille est menacée par la gestapo continuellement avec risque de déportation mais son epouse un petit bout de femme d'un metre 50 fait face a ces brutes et protege ses enfants il vient régulierement la nuit visiter sa famille au nez et a la berbe de la gestapo............resistant de la 1ere heure on ne trouve trace de son nom nulle part il meritait bien pourtant la reconnaissance de son pays et de son peuple alors que d'autres sont cités par les amis ceux qui sont subitement devenus resistants en 44 apres le débarquement HONTE A CE PAYS QU EST LA FRANCE ET A CE COPINAGE NAUSEABOND