dimanche 7 juin 2015

F comme Fays en pays d'Othe


#ChallengeAZ

Que signifie le nom « Le Fays »


Conférence de la coutume de Sens par
M. Pelée de Chenouteau - MDCCLXXXVIL (1787) 



Le nom Fays provient du mot latin « fagus » signifiant
« hêtre ». On trouve de nombreux termes dialectaux issus du latin fagus comme : faye, faou... La terminaison Y signifie « un ensemble » d’arbres provenant de la même espèce. (Ex : Fay, Fey..), Le Fay serait une « hêtraie », nom d’une plantation où le hêtre domine. L’orthographe Le Fay était encore utilisée en 1787, avant la Révolution. On voit apparaître l’orthographe Fays (avec un s) à la fin du XIXème siècle, dans le plan d’alignement de 1811.

Le point le plus haut



Arrivée au Fays par la route de Linant

Le Fays est un joli hameau qui est le point le plus haut, situé à 299 m. On y accède par le chemin de Linant, devenu route départementale et on découvre une superbe vue sur les villages environnants les jours de beaux temps. Situé aux portes de la forêt d’Othe, nous ne disposons pas d’information sur l’origine du Fays mais ce hameau semble avoir une longue histoire. Sa situation aux portes de la forêt d’Othe, fait du Fays un hameau particulier à l’intérieur de la commune de Turny dans l'Yonne.

Le pays d’Othe


Le pays d’Othe est un ensemble de plateaux crayeux. Il est recouvert de massifs boisés, peuplés de chênes, de charmes et de hêtres ce qui justifie le nom du hameau. Le sol est composé de silex, d’argile et de galets ferrugineux. Les vastes forêts qui couvraient le sol du département sous les Romains et pendant le moyen-âge ont subi de nombreux défrichements. Appelée Utta saltus ou Utta sylva ou Otha, la forêt d’Othe occupait jadis tout le territoire compris entre la rive droite de l’Yonne, l’Armançon et la Vanne. 
« Vous entrez dans le pays de Turny... dans cette vaste contrée pavée de gros silex où la belle forêt d’othe projette ses grands bras... Mais si ces vilains cailloux blessent vos pieds... N’allez pas dédaigner ces plaines qui s’en hérissent. Voyez blanchir en leur sein aux premières tiédeurs du printemps ces forêts de pommiers, dont les fleurs fécondes promettent au bûcheron de la forêt sa boisson favorite... Voyez onduler, sous ces beaux arbres, les vagues verdoyantes de ces froments touffus, de ces seigles élancés ! Admirez ces campagnes tapissées au loin de trèfles rougissants, de magnifiques luzernes ! » Source : Annuaire statistique du département de l’Yonne 1837


2 commentaires:

Sophie Boudarel a dit…

Je découvre un coin de la région grâce à toi ! J'ai hâte de la parcourir sur votre nouveau chemin de randonnée (il est prêt ?)

Briqueloup a dit…

C'est intéressant ! Mes ancêtres habitaient aux Fayes, un hameau en Haute-Loire c'est un endroit où poussent des fayards. (on ne dit pas hêtre chez nous mais fayard)