mardi 14 octobre 2014

Chronologie de la grande guerre






28 juin 1914

Assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand, héritier du trône de l’Empire Austro-hongrois,  à Sarajevo




François Ferdinand de Habsbourg-Este se rend dans la capitale de Bosnie Herzégovine car la situation est tendue. La domination autrichienne sur ce pays, annexé en 1908, est contestée par les nationalistes serbes. L’un d’entre eux, Gavrilo Principo, tue l’héritier de l’Empire Austro-hongrois. L’Autriche veut punir la Serbie, au besoin par la guerre.  Avant 1914, les puissances européennes avaient signé des traités d’alliance mutuelle : la Triple entente (France, Russie, Grande Bretagne) et la Triple alliance (Allemagne, Autriche Hongrie, Italie). Le soutien apporté par la Russie à la Serbie après l’attentat, et celui de l’Allemagne à l’Autriche-Hongrie, va donner à la guerre sa dimension continentale.






2 août 1914
L’ordre de mobilisation générale




Après avoir déclaré la guerre à la Russie, le 1er août 2014, l’Allemagne déclare la guerre à la France le 3 août 2014. En quelques jours, le jeu des alliances plonge presque toute l’Europe dans la guerre. 
En 1914, l’enrôlement dans l’armée française repose sur le principe de la conscription.  
Tous les hommes français âgés de 21 ans doivent accomplir leur service militaire. Ils sont intégrés ensuite aux forces de réserves puis aux forces territoriales jusqu’à la fin de leurs obligations militaires (51 ans). En cas de mobilisation générale, réservistes et territoriaux doivent rejoindre au plus vite leur régiment sous peine d’emprisonnement pour désertion. L’ordre de mobilisation générale est affiché sur les portes de la mairie le 1er août 1914. Trois millions de réservistes et de territoriaux rejoignent les 80 000 soldats déjà en service actif (au total 8,5 millions de Français seront mobilisés entre 1914 et 1918).


5 septembre -12 septembre 1914

La première bataille de la Marne

En août 1914, une fois achevée la concentration des troupes, les armées allemandes et françaises appliquent leurs plans de guerre. Les deux pays croient à une guerre courte.Les premières confrontations entrainent la perte par la France de 30 000 hommes au mois d’août. Elle va s’engager dans un mouvement de retraite. Les Allemands s’approchent de Paris mais la contre-offensive à partir du 6 septembre marque le début de la bataille de la Marne, dont Joffre est le général en chef. On entre dans une guerre de position qui va durer 4 ans.

2 décembre 1914
La guerre des tranchées

Sur une ligne de front continue de la Belgique à la frontière suisse, le système des tranchées apparaît. La tranchée de première ligne, au tracé sinueux, est parsemée d’abris, surmontée d’un parapet. Les combattants sont exposés aux bombardements. La tranchée de première ligne est reliée par des boyaux aux tranchées de deuxième et troisième lignes. Puis vient le front arrière où se trouvent les cuisines et les postes de secours. A l’arrière front sont installés les cantonnements de repos et les réserves logistiques. Le système des tranchées est structuré par l’organisation de la relève : depuis l’arrière front, les unités gagnent la tranchée de troisième ligne qu’elles occupent quelques jours avant de relever leurs homologues de deuxième puis de première  ligne. Après 3 ou 5 jours, les combattants survivants regagnent les cantonnements et le cycle se répète.

2 avril 1915
Les premiers gazés

Près d’Ypres en Artois, les troupes allemandes envoient des nappes de chlore sur les tranchées françaises, canadiennes et belges. Les soldats sans protection, souffrent de brûlures des yeux et des voies respiratoires.

21 février  - 15 décembre 1916
La bataille de Verdun


Verdun est une bataille totale. Chaque camp veut percer le front ennemi pour mettre fin à la guerre. 

1er juillet -18 novembre 1916 

La bataille de la Somme

C’est l’affrontement le plus meurtrier de la Grande guerre.   4 millions d’hommes y sont successivement impliqués. Les pertes sont estimées à 1 200 000 hommes dont 500 000 britanniques et 500 000 allemands. Le général français Joffre et le commandant britannique le général Haig veulent atteindre Bapaume et Péronne pour  réaliser une percée décisive. Il s’agit de faciliter la progression des fantassins grâce à la destruction des tranchées allemandes par un bombardement massif. A compter du 23 juin 1916, 1 500 pièces d’artillerie vont lancer 
1 millions d’obus sur les positions allemandes. L’ordre d’assaut est donné le 1er juillet 1916. C’est un échec. 


16 avril 1917
L’offensive du Chemin des Dames

Le chemin des dames qui surplombe le village de Craonne dans l’Aisne est tenu par les Allemands depuis 1914. Les français et britanniques réaliseront la percée espérée. Les soldats s’élancent, les chars s’embourbent,  l’offensive se poursuit jusqu’au 9 mai 1917. 
Les pertes avoisinent 200 000 hommes dans chaque camp. Philippe Pétain devient général en chef le 15 mai.  Les troupes américaines entrent en guerre le 2 avril 1917. 


18 juillet 1918
La seconde bataille de la Marne

Le 18 juillet 1918, près de la forêt de Villers Cotterêts, débute une offensive alliée qui marque le point initial d’une série d’opérations qui conduira à l’armistice.
Le général allemand Luddendorff décide d’adopter une stratégie  offensive et attaque la Somme le 21 mars 1918 contre l’armée anglaise qui doit se replier. 
Le général Foch organise la défense aux nouvelles offensives allemandes. La seconde bataille de la Marne du 15 au 17 juillet se conclut par une victoire alliée. 
Le général Foch ordonne la contre offensive généralisée qui aboutit, 4 mois plus tard, à la capitulation allemande.


1er novembre 1918
Signature de l’Armistice


                                          

Les représentants allemands viennent négocier les conditions de l’armistice dans un wagon qui arrive le 8 novembre 1918 à Rethondes dans la forêt de Compiègne. C’est le maréchal Foch qui mène les négociations. L’arrêt des combats provoque un immense enthousiasme. Le constat de la guerre est terrible : villages dévastés, 1,4 millions de morts côté français. La démobilisation des 5 millions de soldats va se prolonger durant de longs mois. 


19 juin 1919
Le traité de Versailles

La conférence de la paix s’ouvre à Paris le 18 janvier 1919 et réunit les représentants des grands vainqueurs du conflit. Sont présents l’Américain Wilson, le Français Clémenceau, Le Britannique Lyod George, l’Italien Orlando. Ils doivent fixer les exigences prévues aux vaincus : l’Allemagne, l’Autriche, la Hongrie, l’Empire Ottoman et la Bulgarie.

Le traité formalisant la paix est signé dans la galerie des glaces au château de Versailles le 28 juin 1919. 

L’Alsace-Lorraine est rendue à la France. Un Etat polonais est recréé à l’est de l’Allemagne. 
La Société des Nations est fondée. L’armée allemande est limitée à  100 000 hommes. 

L’Allemagne est considérée comme responsable du déclenchement de la guerre. Elle devra verser une somme de 132 milliards de marks or pour les réparations de la guerre. 




FRISE CHRONOLOGIQUE GRANDE GUERRE





Aucun commentaire: