mardi 10 juin 2014

J comme Jeanne, 8 enfants, décédée à 30 ans !



 #ChallengeAZ

Il est une femme dont on pourrait ne jamais parler. Il s'agit d'une ancêtre, Jeanne de SAINTE MARIE. Elle a eu une vie courte, de nombreux enfants, est décédée jeune. Une vie banale. Pas une héroïne.  Juste une femme de son époque. Elle porte pourtant un nom prestigieux.  Ses ancêtres étaient remarquables.

Son mari  René MADELIN, épousé à l’âge de 21 ans, a eu une carrière militaire exemplaire devenant Général de Division. 

Mais d’elle pas ou très peu de témoignages, quelques photos jaunies, des bribes d’informations, un état civil… Une ancêtre dont personne ne parle.

C’est pourquoi je vais profiter du ChallengeAZ pour évoquer sa courte et douloureuse existence.

Permettez-moi de prendre partie et d'avoir de l'empathie, même si mes recherches sont sourcées.

Jeanne de SAINTE MARIE est née le mardi 29 avril 1873  dans la belle maison familiale d'Arcueil. 

Jeanne de Sainte Marie enfant
Son père Raoul Adolphe Louis Marie de SAINTE MARIE  est un riche négociant et industriel,  né le 14 novembre 1846 à Arcueil. Il est fabricant de capsules métalliques et il dirige l' usine de la Roche qu'il a acheté en 1882 au sieur Comrie ainsi que ses brevets d'invention. (cession enregistrée à la préfecture du département de la Seine- Source Gallica). 

Il s’est marié en première noce avec Marie Eugénie POURRAT née le 9 novembre 1851 à Neuilly sur seine, fille du de Colin Eustache Alfred POURRAT,  Commandant de l’Ecole Polytechnique et petite-fille de Pierre POURRAT, papetier, Député, sous préfet et Maire d’Ambert en Creuse.

Elle avait tout pour être heureuse et choyée dans une belle famille. Pourtant ses photos reflètent un air grave, triste. On ressent les souffrances intérieures de cette personne. 

Car des souffrances, elle en a connu au cours de sa courte vie.

Elle affronte tout d'abord la disparition de sa mère qui décède à ses deuxièmes couches en 1874, à l'âge de 26 ans. Jeanne, l’ainée n’avait qu'1 an. Sa petite soeur meurt le jour de sa naissance. Son père se remarie 3 années plus tard avec Laure MICHELOT.

Jeanne, après son mariage, accouche de 8 enfants dont 2 vont décéder en bas âge. Il s'agit de André décédé le lendemain de sa naissance en 1898 et de  leur fille Anne Marie qui meurt à 2 ans en 19002 d'une méningite. De ces décès, il reste une lettre de Jeanne à la dernière épouse de son père Laure MICHELOT.  La lettre date du 12 septembre 1898 et elle l'informe du décès son petit André, jumeau de François MADELIN. Voici quelques extraits forts et touchants :

" Je ne me doutais guère en t'écrivant hier que ce matin j'aurais vu mourir mon cher petit André, quelle affreuse chose ! ... Cela a été si vite fait que je me demande encore si c'est vrai... Et avec cela René qui est au loin...Je l'attends avec une triste impatience... André avait ses grands yeux fixes et une respiration pénible... Il a mal dormi...Le médecin a dit que c'était des convulsions...J'ai vu sa respiration s'en aller petit à petit jusque ce que tout soit tout à fait fini... J'étais si fière de mes cinq petits et ma seule consolation est de regarder ceux qui me restent mais le vide n'en est pas moins là" 


Jeanne de Sainte Marie à 28 ans



Elle accouche le 20 janvier 1903 de son dernier fils Antoine. 

Jeanne meurt le 11 octobre 1903 à Châteauroux, 66 avenue de Paris, à 30 ans d’une péritonite infectieuse foudroyante due à une nouvelle grossesse, extra–utérine.Elle laisse 6 orphelins.

Une triste histoire d’une vie parsemée de deuils douloureux. 

Jeanne de SAINTE MARIE est une femme de son époque, une époque les femmes ont beaucoup d'enfants,  où des enfants meurent  à la naissance ou de maladies infantiles, où les femmes accouchent chez elle et où elles décèdent trop souvent en couche.

En tant que généalogiste amateur, je m'interroge bien souvent sur la destinée humaine.Je souhaite que grâce à la généalogie et aux recherches que j’ai pu faire, Jeanne reste intemporelle.

Présomptueux non ?



Sources

Gallica

Leonore (base Légion d'honneur)
Ecole Polytechnique
Etats civils
Archives Philippe Madelin














Aucun commentaire: